Reportage. Réouverture des jardins de la Cassine par le collectif Zad Cassine

Le comité de soutien Chambérien à la ZAD de Notre Dame des Landes, a mené une action aux Parc du Verney puis a réinvestit les anciens jardins de la Cassine, d’où il avait été expulsé 2ans auparavant, pour planter quelques légumes.
Un reportage envoyé par un militant du collectif à la tv net citoyenne :

 

Communiqué du collectif:

Le collectif ZAD73 a réouvert, dimanche 28 avril, les jardins ouvriers de la Cassine en solidarité
avec les grévistes et contre les expulsions de la ZAD de Notre Dame des Landes!

Le dimanche 22 avril 2018 notre collectif ZAD73 à investi le jardin de La Cassine en
soutien aux habitant-e-s de la ZAD de Notre Dame des Landes qui font tout pour construire un avenir
viable et pacifique. Nous y avons travaillé la terre et effectué des plantations ou semis.
Nous, membres du collectif de soutien à la ZAD envisageons aussi de remettre la totalité des jardins
de La Cassine en culture et offrir nos récoltes à tous ceux qui luttent pour le maintien des
services publics et une société fondée sur les valeurs de solidarité. Collectif ZAD 73

Récit extrait du site https://zad.nadir.org/spip.php?article5593

Dimanche 22 avril le collectif de soutien de Chambéry a décidé de réoccuper des terrains des jardins communaux qui ont été repris par la mairie de Chambéry afin d’y faire des immeubles de bureaux. Les personnes qui cultivaient ces parcelles et le comité de soutien se sont opposés à la mairie pour garder cet espace de jardinage mais la mairie avait fini par envoyer les bulldozers il y a deux ans de cela. Cette action avec banderoles et pancartes s’est faite en affichant notre soutien à la ZAD de Notre Dame des Landes. Le collectif a donc retourné la terre et replanté des légumes, arbustes etc… On lâche rien !

22 avril – Une cinquantaine de Camille se retrouvent au parc du Verney avec des outils de jardinage.

On retrouve Camille qui explicite l’action par écrit à la Cassine. (Chambéry 16H)

Après avoir paillé, les jardiniers plantent des courgettes et des salades. Au fond, le Granier (Chambéry 17H)

Premiers arrosages avant la pluie (Chambéry 17H)

Historique : Le terrain était occupé par des jardins ouvriers avant que la décision de construction du Lyon-Turin entraîne la réquisition du lieu pour y ériger une zone bétonnée. Avec expulsion aux bulldozers des outils, cabanes et décapage des 50 premiers cm de terre arable, sous un vague prétexte de pollution des sols jamais établie sérieusement. Action menée en douce alors que les jardiniers étaient en discussion avec la ville. Donc l’action de solidarité consiste ici à re-cultiver la parcelle.